XXXIVe COLLOQUE DU RPH: Quelles souffrances au travail ?

Le travail, voie privilégiée de sublimation de nos pulsions selon S.Freud, procure nombre de satisfactions, liées au savoir, à la responsabilité, à l’autonomie.

Pourtant, il peut aussi devenir source de souffrances. Stress, déshumanisation des relations, sentiment d’incompétence, inactivité forcée ou, au contraire, surinvestissement professionnel sont autant d’afflictions présentes dans le discours des patients et psychanalysants.

 

Avec des conséquences, subjectives et sociales, retentissantes : effondrement somatique de l’être, flambée de l’absentéisme, consommation toujours grandissante de médicaments, souffrances rangées aujourd’hui sous la bannière de « burn out ».

 

affiche_A3_Travail.jpg

L’approche psychanalytique éclaire la question de l’aliénation au travail. Déterminé par le désir resté inconscient, le lien au travail peut devenir un symptôme pour l’être. C’est cette voie de jouissance mortifère, pouvant pousser au sabotage de son désir, que la cure psychanalytique invite à dévoiler et à modifier.

Comment la psychanalyse peut-elle dénouer ce qui est en jeu dans ces souffrances et faire advenir un désir de travailler ?

Cette journée sera l’occasion d’explorer cette question et d’échanger autour de ces maux de l’être aux prises avec le monde professionnel, prises que la psychanalyse invite à reconsidérer.