L’importance du soin psychique durant le confinement, psychothérapie dans le Val d'Oise

Têtes d'enregistrement B & W

  

La première vague épidémique de SARS-CoV-2 en mars dernier donnant lieu à un premier confinement, nous a livré à postériori de nombreuses informations. L’une d’entre-elle, capitale, a concerné la santé psychique des françaises et français. 

 

Plusieurs études témoignent ainsi des conséquences, en lien avec les expériences vécues du fait de la situation sanitaire, sur le moral et le comportement des personnes. Qu’il s’agisse, par exemple, de la crainte de la maladie, des bouleversements de vie que le virus a suscité ou encore des hospitalisations et parfois des deuils, toutes, ont eu des répercussions psychiques.  

 

Lorsque, pour certains, l’apparition de ces souffrances étaient jusque-là inconnues, pour d’autres, le confinement puis le re-confinement actuel, a généré une augmentation des symptômes préalablement présents. 

 

Ce constat renforce ainsi l’importance que revêt le soin psychique dans pareil contexte.

Ce soin, lorsqu’il prend la forme d’une psychothérapie ou d'une psychanalyse permet, d’apaiser la personne.

Par la technique d’association libre, les sentiments de tristesse, de colère, de haine, d’injustice ou encore d’impuissance, peuvent se dire et dénouer progressivement ce qui fait souffrir. Si le désir de la personne est au rendez-vous, il sera alors possible de construire une autre voie à cette souffrance, permettant de vivre mieux.